BIEN-ÊTRE, SANTÉ

Phytothérapie : 7 choses à savoir sur cette médecine naturelle

Phytothérapie 7 choses à savoir

Dès l’antiquité les hommes ont eu l’idée de recourir aux plantes pour se soigner. Les plus vieux textes témoignant de cet usage médicinal ont été gravés sur des tablettes d’argile. Les effets secondaires des médicaments et la résistance aux antibiotiques poussent aujourd’hui la recherche à retourner à la science de la phytothérapie pour développer des alternatives aux traitements habituels. Découvrez maintenant 7 informations indispensables à connaître avant de commencer la phytothérapie.

  • Définition : c’est quoi la phytothérapie ?

Phytothérapie

La phytothérapie est une médecine naturelle et millénaire basée sur l’utilisation des plantes, la phytothérapie est largement utilisée dans le monde pour son efficacité et ses effets secondaires rares. Utilisée de manière curative ou préventive, elle est efficace quand elle est bien conseillée. 

Le mot phytothérapie vient du grec phyton : plantes et therapeia : soigner.

Dans cette science, on utilise les principes actifs des plantes pour prévenir ou soigner certaines problématiques.
Il existe deux approches principales en phytothérapie : l’approche holistique  qu’elle s’intéresse aux effets de la plante dans sa globalité, sur le bien être du corps en général.
D’autres se basent davantage sur les connaissances biochimiques. Elles se préoccupent plutôt des symptômes des maladies et de l’action des principes actifs des plantes.

  • La science au service de la phytothérapie

Il est absolument indéniable que les plantes ont des effets curatifs et préventifs sur plusieurs maladies et affections. 

En revanche, la recherche et le développement en phytothérapie sont fortement handicapés comparativement à l’industrie pharmaceutique à cause des problèmes de financements et des difficultés scientifiques d’étudier les plantes en détails et de prouver leurs efficacités pour certaines problématiques. 

Heureusement, des nouveaux protocoles de recherche rigoureux qui respectent les particularités des plantes sont en cours de développement. 

Au cours des dernières années, quelques revus et études cliniques aléatoires sur la phytothérapie ont été publiées. Les principales maladies étudiées ont été l’arthrite, le cancer, l’Alzheimer et les symptômes de ménopause. Les résultats montrent que la phytothérapie, seule ou en combinaison avec la médecine classique, semble prometteuse dans le traitement de certaines maladies. 

Généralement, les plantes médicinales d’usage courant ne provoquent que très peu ou  aucun effet indésirable : c’est là l’un de leurs principaux avantages. De plus, l’action synergique des divers constituants commence à être mieux comprise et acceptée scientifiquement. 

  • Le standard d’une plante détermine son efficacité

Le titre ou le standard d’un extrait sec est la quantité en molécule active présente dans la plante. Tout fabricant de compléments alimentaires qui se respecte, est normalement censé indiquer toujours le standard de la plante utilisé.

Par exemple: Extrait sec standardisé à 0,9% d’acide valérianique. Au plus le titre de la plante est élevé, au plus son efficacité est mesurable et statistiquement significative. 

  • La différence entre la phytothérapie et l’aromathérapie

Phytothérapie vs. aromathérapie

La phytothérapie et l’aromathérapie ont la même origine en l’occurrence la plante. Ce sont deux sciences assez différentes sur la forme, mais pas sur le fond. La phytothérapie utilise la plante telle quelle est alors que l’aromathérapie est l’usage de la partie hydrophobe, autrement dit l’huile obtenue par hydrodistillation (la technique qui permet l’obtention d’une huile essentielle) de la plante. 

L’aromathérapie est basée sur la concentration en molécule active élevée, ce qui explique qu’il ne nécessite que quelques gouttes d’huile essentielle en usage externe ou interne. 

Alors que la phytothérapie a besoin de quelques centaines de milligrammes pour avoir ses effets.

  • Les principaux bienfaits de la phytothérapie

Les médicaments « de phytothérapie » aident à répondre aux principaux besoins de santé grâce à leurs efficacités et leurs actions de fond. Pour cela, la médecine naturelle agit d’une manière efficace, durable et surtout limitée en/ ou sans effets secondaires. Car elle ne cible pas un seul et même besoin à un moment précis comme la médecine classique (allopathie), mais elle contribue en général au bien être de l’organisme. (Elle doit être utilisée de préférence sur des périodes plus prolongées).

Les recherches modernes prouvent plusieurs bénéfices thérapeutiques des herbes médicinales sur la santé de l’organisme :

  • Adaptogène : la phytothérapie aide le corps à s’adapter au stress en normalisant les processus corporels
  • Nootropique – ce qui signifie qu’ils améliorent la mémoire ou d’autres fonctions cognitives
  • Immunomodulateur – ce qui signifie qu’ils modifient la réponse immunitaire du corps
  • Antimicrobien – ce qui signifie qu’ils combattent les bactéries ou les champignons
  • Antiviral
  • Anti-inflammatoire
  • Antioxydant – ce qui signifie qu’ils arrêtent la réaction chimique dans le corps qui peut produire des radicaux libres + endommager les cellules

Grâce à toutes ces propriétés, la phytothérapie peut traiter efficacement de nombreuses affections courantes, notamment les problèmes digestifs, les douleurs musculo-squelettiques, le stress, l’anxiété, l’insomnie + la fertilité.

En résumé, voici les principaux bienfaits de la phytothérapie :

– Aide à prévenir quelques maladies

– Peu ou sans effets secondaires

– Pas d’effet d’accoutumance

– Action rapide

  • La forme détermine son usage.

Il existe plusieurs manières d’utiliser la phytothérapie:

  1. L’extrait sec standardisé : la récupération des molécules actives par solvant et l’évaporer ensuite. Vous  la retrouvez principalement en gélule.
  2. L’extrait fluide : est comme l’extrait sec sauf que l’on n’évapore pas le solvant. Il est souvent utilisé dans les cosmétiques ou les sirops.
  3. La poudre totale : elle est simplement le broyage de la plante préalablement séchée. Vous  la retrouvez principalement en gélule.
  4. La teinture mère : elle consiste à faire macérer la plante sèche dans l’éthanol. Elle est utilisée sous forme de goutte à diluer dans l’eau.
  5. Les infusions : vous mettez simplement la plante dans l’eau chaude pendant cinq à dix minutes puis vous la retirez.
  6. La décoction : est comme les infusions. La seule différence est que dans la décoction on met la plante d’abord dans l’eau froide et on la chauffe jusqu’à ébullition. Ensuite, l’eau sera refroidie et filtrée. 

Est-ce que toutes les plantes naturelles sont forcément inoffensives ?

Tout ce qui est « naturel » n’est pas forcément inoffensif. Certaines plantes sont tout bonnement toxiques et d’autres peuvent être nocives en interaction avec d’autres plantes, des médicaments ou des suppléments. Il est donc très important de toujours prendre conseil auprès d’un/une phytothérapeute diplomé/ée. 

En bref…

La phytothérapie, comme son l’indique, est l’un des types de soins naturels qui permet de tirer profit des effets curatifs des plantes médicinales.

Comme on l’a déja expliqué ci-dessus, l’utilisation de ces plantes apporte plusieurs bénéfices à notre corps telles que  la lutte contre les microbes et les inflammations ainsi que les virus qui peuvent nuire à notre santé.

Maintenant c’est à votre tour de nous dire est-ce que vous avez déjà utilisé la phytothérapie et sous quelle forme.

Laisser un commentaire